mardi 28 janvier 2014

ASBH 2 vs La Five

Le fait de jouer à « Glacière » pourrait en refroidir plus d’un. Je me souviens de déplacements avec la Deuze où nous revenions congelés par la défaite. C’était une autre époque…
C’est donc avec le statut de leader que nous abordâmes ces matchs retour au bout du monde parisien, c’est-à-dire dans ce 13ème arrondissement hostile. Une fois passé le contrôle à la frontière, nous nous retrouvâmes réunis dans ce gymnase au parquet patinoire et aux gros spots halogènes savamment orientés pour obliger l’adversaire à frapper au jugé.
Certaines équipes voulant la gagne à tout prix soudoient des joueurs d’origine chinoise (ou presque) pour qu’ils jouent avec elles… Nous ne mangeons pas de ce pain-là ! Ainsi, le capitaine de la Cinq, face aux défections diverses fut prêt à se sacrifier pour jouer un simple quand, au dernier moment, un joueur emblématique acceptât de venir. La suite indiqua que le capitaine eût peut-être mieux fait de jouer.
Bref, 3 simples débutèrent. Je passerai rapidement sur le jeune Durand, affrontant un autre Durand car la musique qu’offrirent les Durand-Durand tourna vite à l’avantage du collégien. Je souhaiterais plutôt m’attarder sur 2 joueurs : Florent et Mickaël.
Le premier revient de loin. Une enfance difficile dans l’ombre d’un frère brillant en fit un être réservé, peu sûr de lui et de ses qualités. J’ai vite compris que, pour ce garçon, gagner créait un conflit intérieur et que, par pur masochisme, il préférait perdre 30-29 plutôt que dépasser l’image de ce frère dominant (que ceux qui ne comprennent pas achètent « Closer » ou un bon vieux manga, c’est plus à leur portée). Dans la vie, Florent avait donc 3 possibilités :
  • La misère sociale dans un rôle que les américains qualifient de « looser ».
  • L’emprise d’une secte où avec un bon gourou et quelques psychotropes, il aurait attendu les extra-terrestres.
  • La rencontre salutaire.
Grâce à Bad-18, cette rencontre a eu lieu. C’est avec un long travail de persuasion et de remise en question et grâce à des paroles rassurantes et toujours bienveillantes (tout le monde connaît mon charisme) que je lui ai offert la possibilité de gagner. Le score résume tout : 20-22 ; 22-20 ; 21-15.
Le double avec moi fut bien-sûr sans problème. Se sentant protégé, il donna le meilleur de lui-même.
Le deuxième (Mickaël) était pour l’équipe un grand saut dans l’inconnu. Avec un nom à coucher dehors, revendiquant des origines bretonnes, donc suspectes, (les sportifs de cette régions étant extrêmement rares, à part dans les troquets), il aborda le 1er match d’interclub de sa vie. Je l’avais aligné contre le meilleur de l’équipe adverse pour assurer les 3 autres points (il faut être capitaine pour comprendre cette stratégie). Après un 1er set où il essuya un grain que ses ancêtres marins pêcheurs ou cultivateurs d’artichaut reconvertis au tricotage de bonnets rouges n’auraient pas désavoué, il fit le vide et partit à l’abordage. Malgré tout le chouchen éclusé le week-end, sous nos regards médusés (et non de méduses) il remporta son match ! Franchement… bonnet bas. Bien-sûr, il ne put s’empêcher de démarrer un petit fest-noz en plein quartier chinois en sortant le biniou qui l’accompagne toujours. Il doit à cette heure-ci cuver dans l’arrière-boutique d’un bazar sous l’œil attendri de Mme Zhou.

Le reste est anecdotique : Merci Nawaz d’amener ta sœur et ta cousine. Franchement, elles sont jolies et je te conseille de relire l’histoire du vilain petit canard pour te situer. Quant à toi Laurent… On te pardonne !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire