vendredi 29 novembre 2013

Interclubs D4

Goodminton vs La Five 2-4

Après ce qui s’est passé hier, j’aimerais vous raconter les histoires de deux joueurs, de ces histoires qui font la fierté de notre club.
M. et Mme CHASSE habitaient une petite maison dans un petit village. Ils s’étaient rencontrés lors du petit bal organisé chaque année dans la petite caserne des pompiers de leur petit village. Pour sceller leur petit bonheur ils eurent un fils. Ils l’appelèrent Laurent. Très vite le petit Laurent prit l’habitude d’avoir le visage levé vers le ciel. Non pas qu’il y cherchât une réponse divine mais cela lui permettait de regarder ses camarades. Elève brillant, il n’arrivait toutefois pas à situer son avenir. En effet, à la question fatidique « que feras-tu quand tu seras grand ?», il ne se sentait pas concerné.

Il ne grandit pas mais vieillit et, lui aussi scella son bonheur en rencontrant sa moitié (on est alors dans l’infiniment petit). Un jour, il passa devant le gymnase Tristan Tzara et, il vit avec surprise entrer un sac à raquettes. Derrière le sac, il y avait José, notre José. Intrigué, il se renseigna et apprit qu’il s’agissait de badminton. Il en pleura de joie : Enfin se dit-il, un sport où ma taille n’est pas un problème.
Toutefois, avant d’adhérer et pour parfaire la ressemblance avec le joueur aperçu, il se mit à beaucoup manger. Enfin prêt, il adhéra au club et, quelques années et kilos plus tard, il fit partie de l’équipe 5.
Tout ce que je peux dire mes amis c’est que ce Laurent-là, si petit soit-il, a un cœur grand comme ça.
Hier, il a donné le point de la victoire et quel point ! Quand il a gagné, José, vainqueur aussi, s’est précipité et, tous les deux, ont sautillé de bonheur. Même Blanche Neige aurait été émue.
La deuxième histoire est celle d’un adolescent. Age ingrat, disent certains. Pourtant, l’adolescence peut donner le pire mais aussi le meilleur. Et nous allons parler du meilleur.
Benoit, enfant couvé par des parents qui vont jusqu’à contrôler son courrier électronique et à s’efforcer de jouer au badminton dans le même club que lui pour voir si ses fréquentations sont bonnes, Benoît disais-je, a du mal à exprimer sa valeur.
Heureusement, il croisa mon chemin émancipateur. Il fallait faire de ses inhibitions une force. Tout en lui demandant d’arrêter de se curer le nez quand je parle, je lui annonçai le match d’hier comme un tournant dans sa vie.
Il fut balayé au 1er set…
Il suffit d’un regard et il comprit. Le cordon ombilical céda et un homme naquit. Un rictus sur le visage, il harponna l’adversaire et remporta une victoire difficile mais triomphale.
Vous avez compris : 2 points de simple plus 2 points de double égale 4 à 2 pour nous…
Quelle belle soirée !

(Petit message pour Nawaz : quand tu joues avec une personne (plus) âgée et que tu ne bouges pas tes fesses de 16 ans, ne t’étonne pas de perdre 1 set. A mon âge, on ne court pas derrière tout ce qui bouge. On choisit)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire